Amitiés poétiques sans frontières
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Couronne de fruits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Couronne de fruits   Ven 11 Mai - 17:43

Couronne de fruits

Voyez-vous cette chose ornant la table en bois
Qui charme cet enfant qui, toujours, me surveille ?
C’est moi, sachez mon nom, je suis une corbeille
Pleine de la nature et des fiertés des bois.

Mais je recueille aussi, du verger, le surpoids
Avant que ne se gâte une chair de merveille ;
Il me manque le miel savoureux de l’abeille
Et je pourrais offrir les plus doux des émois.

Mais je suis très heureuse avec les vitamines
Permettant aux petits d’avoir de bonne mines,
Un visage imitant les flammes du brasier,

Un sourire plus blanc qu’une aiguille éternelle
Surtout lorsque leurs mains approchent mon osier
Pour se servir ainsi qu’à la chair maternelle.

-----------------------------------------------------

Pour se servir ainsi qu’à la chair maternelle
M’abordent quelques doigts intéressés, gourmands,
Hésitent à choisir tant les assortiments
De formes, de couleurs provoquent la querelle

Car tous mes résidants à l’âme personnelle
Se montrent les meilleurs et leurs attraits charmants
Créent la confusion quand, face aux diamants,
Le môme embarrassé n’a plus la main formelle.

Calmes sont les enfants, ils ne font pas de bruits,
Dès lors que leur palais veut savourer les fruits
Et même si ceux-ci, de la bouche, ont la crainte.

Ils voudraient expliquer les raisons de leur peur
Mais nul n’entend jamais cette profonde plainte
Puissante et qui surgit des abîmes du cœur.

------------------------------------------------------

Puissante et qui surgit des abîmes du cœur
La plainte ne connaît qu’une oreille distraite ;
Les fruits qui croyaient vivre une douce retraite
Ne sauront donc jamais le plaisir du vainqueur.

Et l’héroïque môme, excellent amateur
De savoureuses chairs, fait subir la défaite
A ce cadeau des dieux à la charité faite
D’un nectar régalant le petit visiteur.

Ainsi les hurlements restent dans le silence
Et nous n’entendons plus que les dents de l’enfance
Séparer, déchirer les plus tendres morceaux.

Il n’est pas de pardon, de chance de survie
Pour ces sacrifiés ! Lors des derniers assauts,
Chacun m’a raconté sa triste fin de vie.

--------------------------------------------------------

Chacun m’a raconté sa triste fin de vie ;
La pomme qui voudrait être un fruit d’amitié
Est celui de discorde et jamais la pitié
Ne la caresse quand elle crée une envie

On lui tire la queue et je la vois suivie
Par un couteau, son corps n'est pas amnistié ;
Et la coupe une main par deux fois à moitié
La dirigeant bientôt vers la bouche ravie.

Elle peut se vanter d’être parfois d’amour
Mais souvent celui-ci ne dure qu’un seul jour
Le temps de savourer quelques baisers frivoles.

Le péché la poursuit ainsi le compagnon
A connu les pépins des câlins bénévoles !
Il garde en souvenir, dans la gorge, un trognon.

--------------------------------------------------------


Il garde en souvenir, dans la gorge, un trognon !
Est-ce très important pour une courtisane ?
Regardez-moi, je suis une tendre banane,
Mon corps est élancé, gracieux et mignon.

Cela n’empêche pas que tel un vieil oignon
Mon régime est celui du bagne de Guyane
Dès lors que dans le four je brûle et je me fane
Afin que l’Homme cède à son péché mignon.

Je hais, vous le savez, la saison de la neige
Mais parfois l’on me glace et bien pire, que sais-je !
Pourtant, nul ne se plaint de manger mon cœur doux.

Je suis une gentille et ne blesse personne
Et je vois l’affamé me manger les deux bouts !
Ah ! Comment voulez-vous qu’un jour je vous pardonne.

------------------------------------------------------------

Ah ! Comment voulez-vous qu’un jour je vous pardonne ?
Je ne suis qu’un agrume, un malheureux citron
Mais pour bien des raisons vous me pressez le tronc
Et puis, sans un remords, votre main m’abandonne

Je ne suis pas nanti pourtant l’on me rançonne
En prenant mon liquide, ainsi fait le mitron
Pour le mettre en son plat que goûte le patron
Qu’il ait autant d’amour que son cœur le façonne

Je suis aussi servi lors de l’apéritif
Entaillé je ne peux jouer le fugitif
Mais c’est bien un moment que ma pulpe déteste.

Et je suis prisonnier à côté des glaçons
Dans ma geôle jamais je ne peux faire un zeste !
Un geste, excusez-moi, je retiens mes leçons.

------------------------------------------------------------

Un geste, excusez-moi, je retiens mes leçons ;
Humain qui profitez de l’ingénu notoire
En lui donnant mon nom, l’appelant une poire,
Vous pourriez vous priver de ces contrefaçons.

Je ne suis pas naïve et de mauvais frissons
Envahissent mon cœur quand un réquisitoire,
Un des vôtres, condamne au même purgatoire
Que je subis dès lors que s’enfuient vos façons.

La pomme n’est pas seule à craindre votre lame
Et je sens le couteau qui me découpe l’âme
Aussitôt que mon corps n’est plus qu’un frais dessert.

Vous pouvez me flatter d’être la belle Hélène,
Quand je vois votre main qui s’approche et se sert
J’aimerais posséder des ailes de phalène.

----------------------------------------------------------------

J’aimerais posséder des ailes de phalène
Quand je tombe du nid, pauvre noix de coco ;
On dirait qu’à nouveau les murs de Jéricho
S’effondrent devant Dieu dispensant son haleine.

Je vois votre machette oublier toute gêne
Et me couper en deux, et d’un seul coup, franco ;
Ah! Si vous connaissiez, un matin, le fiasco
Une main manquerait, sûrement, d’oxygène.

Et seul mon torse, en fait, à vos yeux semble laid
Vous me mangez la chair et vous buvez le lait
Qui ne pourrait venir de vos fruits domestiques

Si mon Eden était loin de votre pouvoir
Vous ne toucheriez plus aux arbres exotiques
Cela me donnerait la paix que j’aime voir.

-----------------------------------------------------------------

Cela me donnerait la paix que j’aime voir
Quand je pousse au grand air, chère et rouge tomate ;
Si mon cultivateur en très fin diplomate
Démolissait sa serre ainsi la laissant choir.

Mais loin est le jardin, je ne peux qu’entrevoir
Les rayons du soleil et dans ma casemate
Je ne suis jamais libre et, telle une automate,
De vivre sans subir je n’ai jamais l’espoir.

Souvent on me farcit ou je suis en salade ;
Ces mauvais traitements rendent mon cœur malade
Autant que si l’humain sans savoir me confond

Avec mes bons voisins lesquels sont des légumes ;
Je suis rouge de honte en face de l’affront,
Ne mélangeons jamais différentes coutumes.

--------------------------------------------------------------

Ne mélangeons jamais différentes coutumes ;
Il ne faut pas unir ceux qui sont des cousins
Mais lorsque nous parlons simplement des raisins
Car vos vins porteraient de drôles de costumes.

Aux rouges, laissez donc la force et les volumes ;
Les blancs dans les rayons de tous les magasins
Seront fiers d’être frais bien plus que leurs voisins
Attirants et charmeurs, légers comme des plumes

Si nous sommes pour vous le sang de votre Dieu
Pourquoi tant de douleur avant de dire adieu
Aux vignes dont l’amour était une merveille ?

Une grappe arrachée est mise en un pressoir
Et vous la piétinez pour la mettre en bouteille
Et, dès lors, le nectar change le ciel du soir.

---------------------------------------------------------------

Et, dès lors, le nectar change le ciel du soir
Quand un palais d’enfant me sirote ou me mange ;
Je suis un beau fruit rond, je me nomme l’orange
Mais je me plains aussi de faire mon devoir.

Vous me prenez en mains et sans vous émouvoir
Vous me tranchez en deux, l’Homme paraît étrange !
J’ai cette impression que son âme se venge
De ses rivaux jamais qui ne donnent l’espoir.

Pour le môme, je suis heureuse et satisfaite
Que son corps, grâce à moi, ne sait pas la défaite
Et qu’il aura toujours une bonne santé.

Et pourtant j’aimerais un peu plus d’obligeance
Avec moi mais je sens beaucoup d’adversité
Dans votre cœur, humains louant l’intelligence.

-------------------------------------------------------------

Dans votre cœur, humains louant l’intelligence
Abandonnez un peu chaque fruit dans son coin
La mûre, la framboise et la fraise, le coing,
L’abricot, la cerise, oubliez leur présence

Laissez donc vos bocaux vides, sans suffisance
A votre gourmandise il vous faut mettre un point ;
Chers époux, croyez-vous que l’on garde un conjoint
Avec eux si la nuit est loin d’être Byzance

Le ventre de l’humain, il faut le mettre à plat
Si vous ne voulez pas le recouvrir d’un drap
Dès lors que les baisers partent à l’aventure.

Ne dégustez jamais plus que votre appétit
Si vous ne voulez pas dans la déconfiture
Voir un amour tomber et devenir petit.

----------------------------------------------------------------

Voir un amour tomber et devenir petit
Je le vois chez l’humain dès lors qu’il se dépêche
A cerner le noyau de la splendide pêche,
Votre servante au cœur tout de suite averti.

Il se retrouve nu, le corps anéanti
Déjà dans le gosier de ce gourmand qui pèche
Omettant le conseil qui, quelquefois, l’empêche
Au-devant du miroir de hurler « Sapristi »
Quel estomac, Mon Dieu !, je devrais être sage
Et l’avoir aussi beau que peut l’être un visage »
Car je donne le teint magnifique, très frais.

Mais il mange ma sœur et je suis orpheline
Et s’il possède, un jour, la grâce dans ses traits
Son ventre ne sera qu’une étrange colline.

-----------------------------------------------------------

Son ventre ne sera qu’une étrange colline
Sauf si le pamplemousse à la célébrité
D’adepte du régime et de l’austérité
Peut être un favori pour la gent masculine

Et s’il donne, à l’aurore, un peu de discipline
À celle dont le corps est épris de beauté
N’ayant envers le poids que peu d’autorité
Mais veut rester coquette autant que féminine

Le fruit, vous me direz, ne fait jamais grossir
Mais trop de sucre nuit empêchant de mincir
Et donne des contours qui n’attirent personne ;

Donc, prenez le fruit jaune, il offre le bonheur
De s’exhiber avant que ne vienne l’automne
Et vous aurez ainsi la gaité dans le cœur.

-------------------------------------------------------------

Et vous aurez ainsi la gaité dans le cœur
Quand vous savourerez avec parcimonie
Sans les blesser jamais et sans acrimonie
Les fruits vous apportant, de l’été, la chaleur

Mais mangez-les avant que vienne la laideur
Dès lors que la ruine avec eux communie
Changeant leur douce chair en celle qu’on renie
Lorsqu’elle est abîmée et perd sa bonne odeur

Soyez donc attentifs au jour que chacun passe
Sinon votre plaisir déguerpit ou s’efface
Délaissant un présent marron et presque noir ;

Un jour, si vos baisers vivent plus d’une veille
Votre amour peut s’enfuir ainsi que votre espoir !
Il faut donc prendre garde aux dieux de la corbeille.

---------------------------------------------------------------









Dernière édition par orbel le Dim 13 Mai - 4:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15937
Age : 56
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Sam 12 Mai - 7:17

Une belle couronne très divertissante et pleine d'humour, Orbel, j'ai beaucoup apprécié ! Mais je ne crois pas avoir vu le sonnet maître ?

Une correction : "Par un couteau, son corps ne peut être amnistié ;" = 13 (diérèse à amnistié)

Toute mon amitié, et encore bravo !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Sam 12 Mai - 7:39

Merci Stellamaris

J'ai écrit cette couronne sans sonnet maître comme elle
me venait.

Je ne suis pas sûr pour amnistié mais si c'est le cas, je
corrigerai le vers :

Par un couteau, son corps n'est pas amnistié

Amitié

Patrick
Revenir en haut Aller en bas
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15937
Age : 56
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Sam 12 Mai - 8:29

Pour amnistié, ma référence est le Littré

Bon week-end !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Sam 12 Mai - 12:55

j'ai tout dégusté goulument sans une once d'ennui ! pas de sonnet maître, que c'est tentant, tu me donnerais presque'envie d'essayer....
bravo à toi c'est formidable..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Dim 13 Mai - 4:57

Merci Domi

Ta gourmandise me fait plaisir.

Oui, compose une couronne. Je suis certain que ce serait
une symphonie de vers splendides.

Bisous

Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10179
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Mar 15 Mai - 15:32


Bonjour

Tu nous offres là une belle série de sonnets où chaque pièce commence par le dernier vers de la précédente.

Merci pour le partage.

Amitiés


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Mar 15 Mai - 15:42

Travail titanesque devant lequel on ne peut que s'abaisser.

Il faut avoir un sacré souffle poétique.

Il faut bien la diérèse à amnistié ( désinences des verbes en ier) mais l'erreur est vraiment infime
par rapport au travail accompli.

Bravo.

Cordialement

calijo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Jeu 17 Mai - 15:01

Merci Flormed
Un plaisir que tu aies apprécié
Amitié
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Jeu 17 Mai - 15:02

Merci Calijo
Je prends beaucoup de vitamines pour être en
forme...des fruits.
Amitié
Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Marleen

avatar

Féminin Nombre de messages : 1078
Age : 54
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Jeu 17 Mai - 17:46

:lol: Orbel, merci pour ta salade de fruits jolie !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.megg.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Couronne de fruits   Ven 18 Mai - 6:08

Merci Marleen

Je crois que tu es assez gourmande.

Bisous

Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Couronne de fruits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Couronne de fruits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» couronne de noel aux fruits secs et confits
» Gâteau aux noix
» Réglage entredent entre dent - cloche pinion couronne
» assiettes de fruits saison à la crème dessert
» desperado rouge en bouchon couronne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POESIS :: Ruche des Couronnes :: Couronnes de sonnets réguliers-
Sauter vers: