Amitiés poétiques sans frontières
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 Torrent ou ru ? (couronne 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Mer 27 Juil - 23:56


Torrent ou ru !

1
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pas toujours le même.

Tantôt je suis un ru coulant allégrement
A travers des buis verts, offrant son gai murmure
Aux promeneurs, aux amoureux de la nature
Gambadant sur ma rive au luisant verdoiement.

Tantôt je suis un ciel que tourmente un orage
Dont retentit la nue en horribles fracas.
Je sème alors partout mes ennuis et tracas
Gare à qui, sur ma sente, ose mettre un barrage !

Mieux vaut temporiser quand me prend la fureur
De tout anéantir tel un typhon rageur
Qui rase, qui détruit, qui saborde, qui brise ...

La tempête passée, un air serein me fait
Valser telle une fleur sentant du vent l'effet,
Dans un pré printanier caressé par la brise.


2
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Serein.

Dans un pré printanier caressé par la brise,
J'aime courir avant le jour pour voir au loin
Le bois se réveiller, à l'heure où mon recoin,
En son fond froufroutant, de thym s'aromatise.

Soûlé d'air pur, je cours en longeant le ruisseau
Serpentant mollement à travers la pinède
Dont la fraîcheur plait tant à mon esprit d'aède
Qui serine son chant tel un allègre oiseau.

Le soleil vient couvrir, de rayons d'or, les crêtes ;
J'en suis ensorcelé ; je sens mes jambes prêtes
A grimper vers mon nid de modeste rimeur.

J'arrive à mon bercail où, de vers, je me grise
Jusqu'au soir ; oh ! rien n'est pareil à la splendeur
D'un matin qui sourit sur le mont qui s'irise.


3
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Murs à fuir.

D'un matin qui sourit sur le mont qui s'irise
Se nourrit à loisir mon âme que plus rien
N'enchante en ce coin où survivre en galérien
Me voue à la douleur, me délabre, m'épuise...

Aussi fuis-je avant l'aube afin d'aller scruter
L'horizon qui ressort des toiles ténébreuses
Dont la nuit a couvert les baraques fumeuses
Que le besoin ne cesse de persécuter.

Une fois loin du bourg, tout mon esprit flamboie
A mes côtés, mon clebs flaire, sautille, aboie
On dirait qu'il partage avec moi l'enjouement.

A l'écart de ce bled où les murs nous endeuille,
Nous nous sentons légers. La forêt nous accueille
En ouvrant au soleil ses bois, très lentement.


4
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Nuage trouble-fête.

En ouvrant au soleil ses bois, très lentement,
La montagne s'étire en répandant sa brume
Sur la plaine toujours endormie où se hume
Un parfum d'herbe ôtant son sombre vêtement.

Timidement, le jour point au-dessus des faîtes
Et sonne le réveil des oiseaux que l'air frais
De la nuit semble avoir transi. Les premiers rais
Les font sortir les becs de leurs chaudes ailettes.

Un chant choral, presque muet, puis c'est le vol
Vers le ciel qui sourit aux champs de tournesol.
Ce sublime moment, d'allégresse, m'inonde.

Mais un malencontreux nuage vient noircir
Mon horizon. Tantôt je ris sans m'obscurcir,
Tantôt je suis tel un torrent rageur qui gronde.


5
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Ire extrême.

Tantôt je suis tel un torrent rageur qui gronde
En dévalant d'un mont dénudé par le vent,
Brûlé par un été d'enfer très éprouvant,
Pour s'en aller vomir au loin toute son onde.

Rien ne peut arrêter son agressif parcours.
A l'entendre rugir, on dirait un immense
Monstre venu d'ailleurs cracher sa violence
Sur un piteux pays et ses gais alentours.

Dans sa course effrénée, il ôte ce qui barre
Son chemin ; il détruit, tue et, sans crier gare,
Il engloutit les prés dans ses bruyantes eaux.

Sa rage abat les bois, déracine les haies.
Son flux s'en va, partout, fauchant les roseraies
Emportant les cailloux, le sol et les rameaux.


6
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Colère débridée.

Emportant les cailloux, le sol et les rameaux,
Le torrent ravageur, hanté par mille diables,
Envahit les logis, les hangars, les étables...
Il s'en prend, follement, aux pauvres animaux !

Beuglements, bêlements, tout se confond, s'emmêle
Dans les clos dont les toits risquent de s'envoler.
Les villageois, voyant leurs bêtes s'affoler,
Deviennent bleus d'effroi du front à la semelle.

Le gros déferlement de l'afflux argileux
Fait crier les enfants fuyant les flots houleux,
Par leurs mères, poussés loin de l'ample marée.

Ils courent tels des fous en proférant des mots
Couverts par le grand bruit de l'onde exagérée.
Rien n'est laissé sur son chemin vers les hameaux.


7
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Efforts annulés

Rien n'est laissé sur son chemin vers les hameaux.
Chaque fois qu'il descend, c'est une catastrophe
Qui ruine la contrée et tout bled limitrophe.
Torrent maudit semant pénurie et moult maux !

L'an dernier, il avait pulvérisé les digues
Pour inonder jardins, pâturages, vergers,
Et faire sangloter laboureurs et bergers
Qui virent à néant réduites leurs fatigues.

Au grand galop, les eaux vinrent des monts voisins
Pour aller recouvrir les ceps où les raisins
N'étaient pas encor murs, en moins d'une seconde.

Adieu cueillette et sous ! Ce fut un vrai malheur :
Cœur chiffonné, sueur perdue et vain labeur...
Tout est vite noyé dans une vase immonde.


8
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tout est à refaire.

Tout est vite noyé dans une vase immonde.
Il faut donc rebâtir, cultiver à nouveau
Les champs, les jardinets, soigner le baliveau...
Heureusement la terre est toujours bien féconde !

Jeunes et vieux, femmes aussi, tous au travail ;
La vie en ces endroits est une rude épreuve,
Un calvaire inclément quand déborde le fleuve
Du grand trépas qui rafle tout, gens et bétail.

Voilà pourquoi je n'ai jamais la même trempe.
Parfois, j'ai les éclats d'un tonnerre en la tempe
Je me mets à rugir ; rien ne peut m'arrêter.

Souvent, je suis rieur et d'humeur agréable
Qui peut, en un clin d'œil, devenir détestable.
On ne m'entend jamais, un folâtre air, chanter.


9
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Rêve impossible.

On ne m'entend jamais, un folâtre air, chanter
Du printemps à l'hiver, je passe ; est-ce folie ?
Du miel au fiel, un pas ; dame Mélancolie
Me guette ; nuit et jour, ne fait que me hanter.

Je ne peux prendre un air de paisible rivière
Se faufilant parmi des joncs vibrant au vent ;
Ni stagner tel un lac dans un creux qui, souvent,
Devient un sale étang à l'odeur ordurière.

Le soir est mon ami. Quand il vient suturer
Bouches, gueules et becs, j'aime le voir durer
Seul ; sa lune régnant en déesse éternelle.

Rêve insensé qui meurt sitôt né, pourchassé
Qu'il est par le soleil et sa clarté cruelle.
Ephémère est ma joie ; un rien peut m'attrister


10
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Beau conseil.

Ephémère est ma joie ; un rien peut m'attrister ;
Je reste alors muet, enfermé sur moi-même
Pour me voir hors du temps, vivant à la bohème
Dans un bois où l'ennui ne peut me dépister.

Souventefois, j'ai l'air d'un torrent qui dévale
Des montagnes et dont rien ne peut ralentir
La course. La colère accourt me revêtir
De la peau d'un géant à la voix immorale.

Je suis ange et démon ! Au fond de mon esprit
Qu'ils ont dû partager, je ne sais le proscrit
Du permis éclaicir, ni lequel dois-je éteindre.

Un ascète rimeur m'a tiré d'embarras.
-« Prie, a-t-il dit, et prend la Muse dans tes bras ! »
Et je vis en fakir, priant, sans trop me plaindre.


11
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Courts, sont les moments heureux.

Et je vis en fakir, priant, sans trop me plaindre,
Reclus dans mon gourbi peuplé de morts-vivants :
Mes diserts compagnons aux mots guère énervants,
Mes maîtres glorieux dont j'aime aux lois m'astreindre.

Dès le coucher, je vais les tirer du sommeil
Des caveaux pour, sous leur regard, faire la lyre
Fleurir le parchemin. La rime dompte l'ire ;
J'allume la bougie au doux rayon vermeil.

C'est alors que surgit, de l'ombre, l'égérie
Pour souffler posément de beaux vers en série ;
Et c'est parti ! J'écris, j'écris, pas de temps creux !

Je vois déjà s'éterniser mes pleurs de plume ;
Mais la vie est toujours entre soleil et brume !
Parfois, j'ai l'esprit gourd, perclus et ténébreux ;


12
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Inertie

Parfois, j'ai l'esprit gourd, perclus et ténébreux ;
A me faire douter si j'ai bien dans la tête
Quelque endroit encor sain pour faire l'exégète
Pouvant analyser mes écrits vaporeux.

J'ai la pensée à sec comme un ru que la rage
D'un avant-deux brûleur a bu ; laissant au four
Du soleil ses galets qui crépitent le jour,
Se lamentent la nuit, dans leur lit sans feutrage.

Ainsi coule ma vie entre un clair fugitif
Et l'ombre d'un obscur au ton rébarbatif
Dont pas un rai ne peut, ses rudes lois, enfreindre.

Je reste stupéfait, les yeux ouverts sans voir.
Sous mon sombre turban, règne le désespoir :
Pas un mot ne jaillit ; pas un vers n'ose poindre.


13
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Léthargie.

Pas un mot ne jaillit ; pas un vers n'ose poindre.
Mon chef spirituel m'avait, jadis, appris :
-« Guère d'acharnement, car écrire à tout prix
Eloigne du sommet que l'on désire atteindre ! »

Alors dès que je sens le vide s'instaurer,
J'accorde un bon repos à la plume qui sèche
Au bord de l'encrier cependant que la mèche
De la bougie est prête à se revigorer.

La moucher lui suffit pour reprendre sa danse.
Je la laisse fumer. La cassolette encense,
A peine, l'air qui stagne entre les murs terreux.

Parfois mon esprit dort, bercé par la paresse
Qui l'assoupit, le choie en douceur, le caresse ;
Mais souvent je le sens alerte et vigoureux.


14
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'ange est vainqueur

Mais souvent je le sens alerte et vigoureux,
Mon appareil penseur ! Qu'a-t-il à me surprendre
En jouant de ces tours à me faire dépendre
De ses folles humeurs ? C'est cruel ! C'est affreux !

Pourquoi veut-il, des fois, que je sois effroyable,
Moi qui suis toujours gai, toujours tendant la main
A l'autre, avec amour, vénérant l'être humain,
Moi que tous mes amis me disent fort aimable ?

Pourquoi tantôt je prends l'allure d'un démon
Descendu des enfers, reniant tout sermon,
Maudit cours diluvien, semant mort et terreur ?

Est-ce là mon destin ? L'ange est heureusement,
Dans ce vilain combat, le glorieux vainqueur.
Tantôt je suis un ru coulant allégrement.


15
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Torrent ou ru !

Tantôt je suis un ru coulant allégrement
Dans un pré printanier caressé par la brise
D'un matin qui sourit sur le mont qui s'irise
En ouvrant au soleil ses bois, très lentement,

Tantôt je suis tel un torrent rageur qui gronde
Emportant les cailloux, le sol et les rameaux.
Rien n'est laissé sur son chemin vers les hameaux.
Tout est vite noyé dans une vase immonde.

On ne m'entend jamais, un folâtre air, chanter.
Ephémère est ma joie ; un rien peut m'attrister ;
Et je vis en fakir, priant sans trop me plaindre.

Parfois, j'ai l'esprit gourd, perclus et ténébreux ;
Pas un mot ne jaillit ; pas un vers n'ose poindre.
Mais souvent je le sens alerte et vigoureux.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Flormed le Lun 13 Fév - 14:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Torrent ou ru ? ( couronne)   Jeu 28 Juil - 0:04

Pour télécharger en diapo PPS
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 3010
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Jeu 28 Juil - 5:28

:lol: je suis en admiration devant ta couronne de sonnets, elle retrace, si j'ai bien compris, un bout de ta vie, où tu es tantôt ru ou bien torrent, dévalant les falaises de la vie, avec une ardeur qui parfois se fait trop légère, parfois te submerge.
j'ai appris un mot "souventefois"j'ignorais celui ci

merci mille fois pour ce partage et encore bravo

amitié :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Maria-Dolores
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 11357
Age : 54
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Jeu 28 Juil - 8:33

:lol: :lol: Splendide Flormed un magnifique partage, merci bises l'ami. :(((: :)):


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Blog personnel ; [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://marido.blog4ever.com
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Jeu 28 Juil - 10:01

Bonjour

UN grand merci à vous deux.

• Bien vu Vénusia ! C'est ce que j'appelle mon " parcours mal fléché " .

Passez d'agréables moments, mesdames.

Amitiés poétiques.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15965
Age : 56
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Jeu 28 Juil - 21:03

Quelle beauté, très cher ami ! C'est une oeuvre ! Toute mon amitié.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Jeu 28 Juil - 21:16

Bonsoir, très cher ami


Merci infiniment pour avoir lu et commenté ma « couronne de sonnets ». C'est mon premier essai et je dois dire que ce genre, quoique de longue haleine, mérite d'être cultivé. Je vais essayer d'en composer une en vers hétérométriques.


Toutes mes amitiés


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Ven 29 Juil - 13:01

bravo flormed une superbe couronne
amities
jean claude
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Ven 29 Juil - 13:29

Bonjour

Merci infiniment Jean-Claude

Mes amitiés


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Khris Anthelme
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 7546
Age : 64
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Ven 29 Juil - 14:07

Un grand BRAVO Flormed, du grand ART,

Amitiés cher ami
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Ven 29 Juil - 15:23

Bonjour

Merci infiniment Khris.


Mes amitiés



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Torrent ou ru ? (en E-book)   Ven 26 Aoû - 2:06

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Khris Anthelme
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 7546
Age : 64
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Dim 28 Aoû - 19:48

Merci infiniment cher ami, je l'ai enregistré bien précieusement,



Amitiés
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 10225
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   Lun 29 Aoû - 13:56

Bonjour, cher ami poète

Merci infiniment...

Mes amitiés


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Torrent ou ru ? (couronne 1)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Torrent ou ru ? (couronne 1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA ROUE DU TEMPS (Tome 07) UNE COURONNE D’ÉPÉES de Robert Jordan [BRAGELONNE]
» Réglage entredent entre dent - cloche pinion couronne
» desperado rouge en bouchon couronne
» Bouton de livrée - Couronne Comtale et Initiales
» Poids monétaire pour l' Ecu à la Couronne OR Charles VI &amp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POESIS :: Ruche des Couronnes :: Couronnes de sonnets irréguliers-
Sauter vers: