Amitiés poétiques sans frontières
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 kéléidoscope de la vie(couronne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 14 Jan - 10:02

1-la vie dès l’aube


Dès l’aube, l’air bourdonne en milliers de murmures.
Le blanc lilas répand son délicat bouquet.
Il accueille, en ses fleurs, l’abeille en un banquet
Arrosé de nectar, d’étamines bien mûres.

Sur le tronc d’un pommier, de larges déchirures
Laissent à nu sa chair. Sous les faisceaux coquets
D’ombrelles embrasant le rideau des bosquets,
Coulait un sang poisseux de ses égratignures.

Le merle noir troublait le babil d’un ruisseau ;
Explorant le limon, cherchant un vermisseau
Qu’il trouva, pour finir, sur l’herbe de la rive.

L’hortensia s’accroche au bas muret lépreux.
De l’ombre profitant de façon abusive,
Le jardin, engourdi, s’éveille langoureux
______________________________________

2-le jardin de la maison

Le jardin, engourdi, s’éveille langoureux.
Le beau narcisse blanc, aux gouttes de rosée
Se mire avec orgueil, se voit dans un musée
Loué pour sa beauté, de lui même amoureux.

Un hérisson trottine allégrement, heureux ;
Il a fait un festin, bon jusqu’à la nausée.
La demoiselle bleue, un instant s’est posée
Revenant des roseaux, sur le sol poussiéreux

Le chien de la maison, assis devant la porte
Suit d’un regard distrait, une feuille, qu’emporte
Une grosse fourmi dans son petit nid creux.

Des ombres céladon, qui semblent irréelles,
Celles de papillons, caressent de leurs ailes
Les massifs florissants aux éclats chaleureux
_____________________________________
3-le chat perdu

Les massifs florissants, aux éclats chaleureux
Où de petits félins, se lovent en silence
Pour s’endormir béats dans la chaude opulence
D’une terre accueillante, en un beau rêve preux

Un chaton blanc et noir, prend un air malheureux !
L’insecte qu’il convoite en sa rare insolence
S’envole devant lui, puis avec négligence
Se pose un peu plus loin, là, sur le sol terreux!

Ce petit animal, s’arrête une seconde
Immobile statue en poil, sous la rotonde
Puis, vif comme l’éclair, décampe sans raison.

Il rencontre en chemin, lors de ses aventures,
L’ortie et le bleuet qui, poussant à foison,
S’étirent, ramassés, sous les vertes ramures.
_________________________________________
4-l’enfant et le renard

S’étirent, ramassés sous les vertes ramures,
Lierres et liserons serrés en un lacis
Intime de caïeux serpentant indécis
Végétaux vagabonds perdus dans les fumures.

Au pied d’un châtaignier, sous ses belles moirures,
Sur un tas de rondins, un gamin est assis.
Il jette des cailloux d’un geste très précis
Sur une tôle en fer, pleine de tavelures.

Tournant alors la tête, il sourit goguenard.
Une ombre se coulait, c’est un petit renard !
L’animal, d’un élan, s’enfuit vers les pâtures.

Puis en traînant les pieds, il reprend son chemin
Admirant, au détour, la beauté d’un jasmin.
Les fleurs ouvrent leur cœur, en chassent les lémures.

_______________________________
5-l’heure des jeux d’enfant)

Les fleurs ouvrent leur cœur, en chassent les lémures
Ces spectres malfaisants, errants, cherchent l’oubli
D’un tragique trépas. L’écho de leurs murmures
Fait s’enfuir le passant, quand le jour s’affaiblit.

Au village voisin, perchés sur les toitures,
Roucoulent les pigeons , rite bien établi
Depuis l’avènement de l’homme et ses cultures.
Ils saluent le soleil, par un chant accompli.

Deux enfants , dans la cour, jouaient à la marelle
Parfois, d’un différend, naissait une querelle
Mais aussitôt après ils riaient bienheureux.

Au beffroi de l’église, une clepsydre sonne.
Un vagabond, surpris, presse le pas, frisonne
De cette nuit, fuyant sur des chemins pierreux
_______________________________________

6-vie et mort

De cette nuit, fuyant sur les chemins pierreux
La gent trotte-menu, s’éloignait , alarmée.
La chouette huait, dans les arbres, armée
De son instinct de survie, un instinct dangereux.

Un râle d’agonie, un aboi miséreux
Stoppe les fugitifs ! La hulotte affamée,
Se régale en son nid, de sa chasse animée
Une folle terreur trouble les plus peureux.

Le temps du repos vient, si lourd d’incertitude
Comme moité de mort, est fait d’inquiétude
Mais aussi créateur expert de songe-creux

Blotti dans un bosquet, une hase craintive
Se souvient cependant, de cette voix plaintive
Déchirant cette paix, silence en cris pleureux
________________________________________

7-la petite fille et le ballon

Déchirant cette paix, silence, en cris pleureux
Une petite fille en pelisse à capuche
Se lamentait ! Adonc d’un geste théâtreux
Elle montrait du doigt un ballon de baudruche,

Léger farfadet bleu, échappé, c’est affreux,
De ses petites mains, ainsi qu’une perruche,
Qui part à tire d’aile en un lieu somptueux.
La fillette, le nez en l’air court et trébuche.

Vexée, elle devient rouge coquelicot
En se taisant ! Soudain, pleure à ce fiasco,
Se relève très vite, est pleine de souillures.

Étrangers à ce bruit stridulent les grillons
Et vers l’astre du jour volent les papillons
Puis aux rais du soleil, effacent leurs marbrures
___________________________________
8-les nymphes

Puis aux rais du soleil, effacent leurs marbrures
Les nymphes des forêts près d’une chute d’eau
Peignant leurs longs cheveux devant un hirondeau
Admirant leur beauté, sur les hautes ramures.

Près d’elles, un lutin bondissait sans chaussures
Sur les nénuphars blancs, avec une grenouille,
Se conduisait vraiment en petite fripouille.
Dans l’onde, il cavalait, riant fort des mouillures.

Un bruit de cavalcade et voici les moutons !
Les brebis en dernier, devant leurs rejetons,
Un chien, suit le berger vêtu de houppelande.

Puis on entend sonner l’horloge du couvent.
Le calme est revenu. Les herbes sur la lande
S’agitent doucement sous le baiser du vent.
___________________________________
9-les amoureux et le peintre

S’agitent doucement sous le baiser du vent
Les beaux pavots des champs, chatoyante palette
Frissonnant au soleil, délice de merlette
Furetant hardiment en ce tapis mouvant.

Un couple d’amoureux, assis sous un auvent
Riait en regardant les sauts d’une belette
Chassant un campagnol ; quelle jeune drôlette !
D’un bond le petit rat sema son poursuivant.

Sur une toile blanche, un peintre sur la sente
Esquissait à grands traits, d’une main hésitante,
La prairie et ses fleurs, se reculait souvent.

Avec un grand soupir, il observait son œuvre
Et retouchait parfois, lissant dans la manœuvre
Les calices moirés tournés vers le levant.
____________________________________
10-les enfants du collège

Les calices moirés tournés vers le levant,
Les très grands tournesols suivent l’astre solaire.
Ils charmèrent Van Gogh ; leur beauté séculaire
Enflammera le peintre en l’inspirant souvent.

Le doux gémissement d’un vieux moulin à vent
Rythme le temps, lento, mais le temps s’accélère
Pour les grands et petits enfants, le car scolaire
Vient, tout brinquebalant, de stopper sous l’auvent.

Chahut, éclats de voix, dans la cour du collège
Les gosses turbulents cueillaient, oh sacrilège,
Sans aucune pudeur, les fruits d’un cerisier.

Plus loin, au potager, devant les faveroles
Le gardien, en bêchant, voit danser le brasier
Des roses rouge sang, telles des flammeroles
___________________________

11-vie citadine
Des roses rouge sang, telles des flammeroles,
Les pétales satin, paraissent se mouvoir
Et s’agitent, légers, animant leurs corolles
D’un frisson éthéré ; bientôt il va pleuvoir.

Sous le ciel orageux, claquent les banderoles
D’un grand supermarché. On peut apercevoir
Des articles divers, posés sur les gondoles.
Il y planait un air de « venez donc nous voir ! ».

Mais, petit à petit, s’est apaisé la nue.
Des tourbillons de vent balayaient l’avenue.
Le tonnerre plus loin, grondait, présent encor.

Des gouttelettes d’eau, s’écrasent sur la terre
Formant une vapeur, s’élevant d’un parterre.
La brume, à l’horizon, est lovée au décor.
_____________________________
12-la chasse à courre
La brume, à l’horizon, est lovée au décor ;
Elle s’est alanguie au clocher du village,
Vaporeuse et soyeuse, en un blême voilage
Que perce le soleil, un astre exsangue encor.

Un bruit assourdissant ! Retentissent le cor,
Le galop des chevaux... Le cri des chiens de meute
Traquant un sanglier, dans la forêt, ameute
Les braves gens ! Certains disent leur désaccord.

L’hallali mettra fin au supplice de la bête ;
Une dague en plein cœur et son souffle s’arrête.
Son sang tache le sol, on a versé l’ichor.

Cesse le son des voix, sur les terres en friche
Que, bien qu’il ait sombré plus bas sur la corniche,
Ra, de ses chauds rayons paillette de points d’or
_______________________________________
13-une noce au village

Ra, de ses chauds rayons paillette de points d’or
Les longs cheveux châtains d’une très jeune femme
Mariée en l’hôtel de ville et qu’on acclame
Elle a dit oui, donnant, timide, son accord.

Les cloches du beffroi carillonnent encor
Adonc le nouveau couple, écrit l’épithalame.
Ses yeux noirs dans les siens, où brille une flamme
Elle a, son cœur, offert à cet bel homme accort.

Un cortège d’honneur se forme et chacun lance
Du riz sur les époux, fuyant la turbulence
Des enfants tout heureux et le bruit de leur chant.

Dispersés en tout sens comme des moucherolles
Les gamins s’exerçaient, au pirate, arrachant
Le feuillage, berceau de fragiles corolles.
________________________________
14-rêverie

Le feuillage, berceau de fragiles corolles
Parfois d’un brun foncé, fascine le flâneur
Aux pas nonchalants, savourant le bonheur
De pouvoir cheminer sur des herbes fofolles.

Dans l’air pur, on entend le vol des rousserolles,
Au dessus des champs blonds que suit le promeneur,
Un soupir ! Voyager ! Il serait bien preneur!
Il chasse de la main tous ces rêves frivoles.

Dans la nuit qui se meurt, le beau coquelicot
Dans sa robe carmin danse le flamenco
Tel un bel andalou, de lascives postures.

La lune, peu à peu, cède au soleil, le ciel
Et ce jour nouveau naît, sans cérémoniel ;
Dès l’aube, l’air bourdonne en milliers de murmures.
______________________________
Sonnet maître-murmures-


Dès l’aube l’air bourdonne en milliers de murmures.
Le jardin, engourdi ,s’éveille langoureux,
Les massifs florissants, aux éclats chaleureux,
S’étirent, ramassés, sous les vertes ramures.

Les fleurs ouvrent leur cœur, en chassent les lémures
De cette nuit fuyant sur des chemins pierreux,
Déchirant cette paix, silence en cris pleureux.
Puis aux rais du soleil effacent leurs marbrures.

S’agitent doucement sous le baiser du vent
Les calices moirés , tournés vers le levant,
Des roses rouge sang, telles des flammeroles.

La brume, à l’horizon est lovée au décor,
Ra, de ses chauds rayons paillette de points d’or
Le feuillage , berceau de fragiles corolles


Dernière édition par Vénusia le Sam 14 Jan - 15:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15636
Age : 55
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 14 Jan - 12:29

Bonjour Vénusia, une splendeur ! J'ai a-do-ré, vraiment !

Quelques remarques, mais vraiment minimes pour la plupart :

Sonnet 2 vers 4 : faute de frappe ; De lui / / même (manque un espace)
Sonnet 3 vers 8 : faute de frappe : ".!" (ne garder que l'un des deux)
Sonnet 3 vers 9 : Pas de virgule à la césure.
Sonnet 3 vers 12 : Au choix, pas de virgule à la césure, ou rajouter une virgule en fin de vers
Sonnet 4 vers 11 : virgule après "animal"
Sonnet 4 vers 12 : "au détour" entre virgules
Sonnet 5 vers 12 : Terminer le vers par un point
Sonnet 5 vers 13 : soit "surpris" entre virgules, soit pas de virgule à l'hémistiche
Sonnet 6 vers 13 : "souvient" est en synérèse, manque une syllabe
Sonnet 7 vers 2 : hiatus manteau_à
Sonnet 7 vers 5 : "c'est affreux" entre virgules, ou " - c'est affreux ! - "
Sonnet 7 vers 10, virgule en fin de vers
Sonnet 8 vers 12 = 13 (le "h" de "houppelande" est aspiré)
Sonnet 11 vers 7 : Terminer le vers par un point.
Sonnet 11 vers 9 : "petit à petit" entre virgules
Sonnet 12 vers 9 : Pas de virgule à la césure, point-virgule en fin de vers
Sonnet 12 vers 11 : Faute de frappe "ait3"
Sonnet 13 vers 5 : Terminer le vers par un point.
Sonnet 13 vers 6 : Virgule après "Adonc", pas de virgule à la césure. Terminer le vers par un point
Sonnet 12 vers 7 : Pas de virgule à la césure
Sonnet 13 vers 8 : Pas de virgule en cours de vers ; manque une syllabe
Sonnet 13 vers 13 : Pas de virgule à la césure
Sonnet 14 vers 5 : Manque une syllabe
Sonnet 14 vers 6 : Pas de virgule à la césure
Sonnet 14 vers 11 : Hiatus andalou_aux
Sonnet 14 vers 13 : Hiatus et_un
Sonnet maître vers 3 : Pas de virgules

Bises, et encore bravo !




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 14 Jan - 12:52

Stellamris comme tu dis peu de chose :x :x


je vais retirer cette couronne
merci de tes remarque qui te sont propres pour certaines.
je vais corriger les pieds en trop ou en moins mais pour la ponctuation ce sera mon ressenti perso ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 14 Jan - 15:47

voilà j'ai corrigé, mais certaines ponctuations ne me satisfaisant pas je n'ai point corrigé.

merci encore.
bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15636
Age : 55
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 14 Jan - 18:18

Pour les ponctuation, comme tu le dis c'est du ressenti perso, je te le dis comme je l'ai senti mais tu peux tout à fait le ressentir autrement ! Et en attendant, je te redis comme j'ai été subjugué ; je ne suis pas doué pour faire de longs compliments, mais c'est sincère !

Bises, Vénusia !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Mar 17 Jan - 9:56

ooooh je suis toute aussi subjuguée que Stell, c'est sublime, mais les mots manquent...
génial, voilà !!!
un grand merci, c'est un chef d'oeuvre
Revenir en haut Aller en bas
annie
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 9521
Age : 64
Date d'inscription : 18/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Mar 17 Jan - 11:23

Bonjour à tous,
La voilà cette couronne de sonnets Vénusia! Et bien heureusement que je suis assise...
Mais où est ce pays dont tu racontes les charmes comme pas d'autres?
Mais comment as-tu fait?
Je comprends pourquoi tu étais un peu plus absente! Quel travail! Un ENORME bravo car je ne sais que dire!
Amitiés.
Annie
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9702
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Ven 20 Jan - 15:53

Bonjour

Ecrire une couronne de sonnets aussi belle que celle-ci est un travail de longue haleine ; travail que tu as réussi avec brio

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Merci du fond du cœur de nous avoir offert ce chef-d'œuvre poétique où l'idéel et le réel se marient à merveille.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Amitiés poétiques


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
Marleen

avatar

Féminin Nombre de messages : 1078
Age : 53
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Ven 20 Jan - 23:48



Bravo Vénusia pour cette magnifique couronne, quel travail admirable !

:flower: :lol: :o0: :lol: :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.megg.fr
Khris Anthelme
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 7546
Age : 64
Date d'inscription : 06/12/2009

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Sam 21 Jan - 23:13

Une superbe couronne Vénusia, la vie dans tous ses états défile comme si l'on y était, tu peux en être fière, vraiment, chapeau bas !

Amicalement
Revenir en haut Aller en bas
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Dim 22 Jan - 12:48

Bonjour je vous remercie de vos mots si gentils
je ne pensais pas avoir cette capacité de faire une couronne mais, comme dit le proverbe ," ne dis jamais fontaine je ne boirais pas de ton eau." la preuve


je remercie Flormed pour l'aide qu'il m'a apporté à cette conception

amitié :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Derdour ahmed
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 3459
Age : 71
Date d'inscription : 05/10/2011

MessageSujet: La couronne de sonnets   Lun 23 Jan - 21:10

Ta couronne a eu le mérite d'être applaudie par les grands Poesistes. Je tiens à te remercier vivement. porter une si belle couronne mérite tous mes respects; Félicitations, Vénusia!
Revenir en haut Aller en bas
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Mar 24 Jan - 7:37

je te remercie Ahmed de tes gentils mots
amicales pensées :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Maria-Dolores
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 10823
Age : 53
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Mer 1 Fév - 10:23

Magnifique couronne que j'ai cherché d'abord sur ton blog sans vraiment la trouver ici je me suis fais un régal de te lire merci de ce beau partage entre réel et irréel bises l'amie. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Blog personnel ; [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://marido.blog4ever.com
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   Mer 1 Fév - 22:56

Maria peu importe l'endroit si tu l'a appréciée et je t'en remercie.

elle est sur mon blog pourtant en diaporama. ;)

merci de tes gentils mots je suis touchée de te voir me lire
amicalement :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: kéléidoscope de la vie(couronne)   

Revenir en haut Aller en bas
 
kéléidoscope de la vie(couronne)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réglage entredent entre dent - cloche pinion couronne
» desperado rouge en bouchon couronne
» Bouton de livrée - Couronne Comtale et Initiales
» Poids monétaire pour l' Ecu à la Couronne OR Charles VI &amp
» Coe David B. - La guerre des clans - La couronne des sept royaumes T8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POESIS :: Ruche des Couronnes :: Couronnes de sonnets réguliers-
Sauter vers: