Amitiés poétiques sans frontières
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion


Partagez | 
 

 JE LAISSE ALLER MA PLUME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Jeu 15 Sep - 22:22

une couronne de sonnets mélanges


Couronne de sonnet n°3


JE LAISSE ALLER MA PLUME

1 : dans le monde des mots
2 : pour enivrer les cœurs
3 : tous ces bonheurs perdus
4 : sur le fer de l’enclume
5 : je pousse le rideau
6 : les plaisirs assidus
7 : des malentendus
8 : un amour qui s’allume
9 :l’aubade d’un printemps
10 : son formidable fruit
11 : de divines caresses
12 : Mon timide refrain
13 : de joyeuses princesses
14 : pour donner du soleil
15 : je laisse aller ma plume













DANS LE MONDE DES MOTS

Dans le monde des mots je laisse aller ma plume
Pour raconter le feu qui parfois me consume
Sur le parcours feutré des rimes d’un sonnet.

Quand l’encre de velours s’étale sur la page.

Je dépose mes vers dans l’onde du regret
En voyant revenir la peur et l’amertume
Quand mon regard le soir sur la plage s’embrume
Emportant par le vent le souffle du secret

Quand l’encre de velours s’épanche sur la page.

Sur le papier noirci, le vieux crayon voyage
Ecrivant des refrains souvent inattendus
Au gré d’une chanson que l’on offre en partage
Qui viendra nous griser par sa course sauvage
Pour enivrer les cœurs des rêves défendus.


POUR ENIVRER LES CŒURS

Pour enivrer les cœurs de rêves défendus
Je pourrais chahuter tous vos appas de femme
Lorsque minuit revient pour chavirer votre âme
Dans l’enfer rougissant des songes ambigus.

Je laisse à mon esprit ce combat dérisoire
Qui ne dit pas son nom tant il est illusoire
En trouvant du plaisir sous le satin des draps.

Je profite gourmand de ces instants magiques
Que m’offrent les amours dans ce monde ici bas
Pour gouter la douceur de rondeurs magnifiques.

Je place sans soucis loin des malentendus
Parmi les courants d’air d’un vent qui réclame
Son comptant de désir. Pour évincer le drame
J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus.

TOUS CES BONHEURS PERDUS

J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus
Laissant aux souvenirs un coin dans ma mémoire
Pour écrire à nouveau sans des sous entendus.

Je bâtis doucement une nouvelle histoire
En mettant des couplets au bout de mon refrain
Pour chanter mon amour dans le petit matin.

Comme un prince d’hier sans répit je m’assume
Délaissant les malheurs aux placards de l’ennui
Je fais pour ma princesse un tout petit abri
Où l’odeur du désir sans regret nous parfume.

Lorsque le vent d’été viendra chasser la brume
Pour éclairer le temps des lueurs d’infini
Je forgerai des mots sur un vieil établi
En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume.


SUR LE FER DE L’ENCLUME

En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume
Je donne à mes rondeaux de sublimes refrains
En laissant mes crayons à ses tendres desseins
Pour suivre le chemin qu’écrit mon porte plume.

La chanson s’en ira remonter le volume
Sur les notes d’un soir venant des clavecins
De ce Mozart d’un jour sous quelques baldaquins
Où le chanteur parfois dans le noir s’accoutume.

Je surfe sur des mots filant en continu
Sur le papier jauni d’un songe reconnu
Qu’emportera la mer sur son reflet d’écume.

La rime existera sur des vers inédits
Pour aller conquérir ces rêves interdits
Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume.

JE POUSSE LE RIDEAU

Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume
Pour colorer de bleu ce rêve d’avenir
Estompant pour longtemps le gris de l’amertume.

Je dessine le temps du songe en devenir
En mettant quelques mots sous un trait de rature
Je laisse pour demain mon besoin d’aventure.

Comme un bateau je vogue au gré de l’océan
Dans ce grand livre ouvert que donne l’existence
En allumant le noir rempli par le silence
Par les quelques clartés du fond du firmament

Je poursuis mon parcours sur des sentiers battus
Pour accrocher l’amour au bout de vos dentelles
Du rempart de vos corps mes tendres demoiselles
Pour assouvir l’été les plaisirs assidus.


LES PLAISIRS ASSIDUS

Pour assouvir l’été les plaisirs assidus
Je cherche le chemin de la blanche dentelle
Pour venir découvrir chez ma douce infidèle
Tout au fond de son lit ses charmes éperdus.

Au grand bal de l’amour nous sommes descendus
Quand le désir coquin par nos pores ruisselle
Il brille par instant la petite étincelle
Qui laissent dans nos cœurs des rêves ingénus.

Dans l’ombre de la nuit, un élan de tendresse
Laissera mes dix doigts oser une caresse
Dans la douceur des draps sur nos corps étendus.

Dans le petit matin quand le brouillard s’efface
Assis dans le boudoir tout seul devant ma glace
Je remonte le temps de nos malentendus.

DES MALENTENDUS


Je remonte le temps de nos malentendus
Pour éteindre les feux d’un mauve crépuscule
Où l’horizon s’en va comme un vieux funambule
Danser sur un nuage et ses longs fils tendus.

Vagabond d’un plaisir qui part en promenade
Sur des chemins déserts plongés dans la panade
En gardant mes espoirs pour mes prochains matins.

En notant quelques mots de ma belle écriture
Je laisse au jour nouveau le gout à l’aventure
Pour changer les couleurs de ce monde incertain.

Oubliant sans regret ces parfums d’amertume
Je poursuis le désir jusqu’au bout de la nuit
Où j’espère trouver ce regard qui séduit
Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume.


UN AMOUR QUI S’ALLUME

Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume
Je laisse le désir guider mon porte plume
Sur les chemins lignés de la page bonheur

Donnant à la tendresse, un billet un voyage.

Paragraphes feutrés d’un monde de douceur
Qui s’écrivent le soir en prenant du volume
Pour offrir sans regret dans les diners du cœur
Le nectar d’un plaisir sucré sans amertume.

La tendresse est souvent le début d’un voyage.

En allant rechercher au fond de son corsage
La saveur d’un amour qui s’égoutte sans bruit
Mes doigts pourront toujours accoster sur sa plage
Où va se fredonner sous le vert de l’ombrage
L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit.


L’AUBADE D’UN PRINTEMPS

L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit
La musique du vent la fredonne en sourdine
Et son refrain joyeux est comme une routine
Qui viendra bousculer les remparts de l’ennui.

Lorsque le noir revient c’est le jour qui s’enfuit
Laissant sur l’horizon une couleur sanguine
Pour donner aux amants une humeur libertine
Quand sonnent au clocher douze coups de minuit.

Le mélange des peaux dans une sérénade
Offrira pour l’amour une folle ballade
Sur l’air d’une chanson qui toujours nous séduit.

Sur des chemins frileux, l’onde de la caresse
Me permet de gouter ce regain de tendresse
En cueillant sur un corps son formidable fruit.


SON FORMIDABLE FRUIT

En cueillant sur un corps son formidable fruit
Le festin de l’amour s’invitait à ma table
Allumant ses lueurs pour briller dans la nuit.

Cet instant magnifique a tout du formidable
Quand mes doigts égarés vont sillonner la peau
De la belle endormie auprès de son trousseau.

En laissant de côté mes pleurs et mes détresses
Je poursuis mon chemin mes rêves d’amoureux
En goutant sans façon les appas merveilleux
De la brune qui vient réveiller mes promesses.

Je nage à m’y noyer dans de folles paresses
Sur le flot d’un regard et c’est miraculeux
De rêver dans les bras d’une fille aux beaux yeux
Pour gaver mon désir de divines caresses.

DE DIVINES CARESSES

Pour gaver mon désir de divines caresses
Les baisers échangés par nos douces promesses
Viendront nous abreuver du nectar du bonheur

Nous promettant ainsi chaque soir un voyage.

En savourant enfin ces instants de douceur
Qui mettront des couleurs à toutes nos promesses
Je laisse aller la nuit dans toute sa lenteur
Pour dépenser ici mon trop plein de tendresse

En offrant quelques part un étrange voyage.

Je poursuis mon chemin et ma course sauvage
Qui m’emmène toujours vers un autre matin
Lorsque le vent d’hiver nous invite au naufrage
Pour calmer mes effrois sous le feu de l’orage
Je chante sans façon mon timide refrain.

MON TIMIDE REFRAIN

Je chante sans façon mon timide refrain
Laissant se promener mes mots sur la lagune
J’envoyais ma chanson par le vent sur la dune
Lorsque le noir guettait le retour du matin.

Quelques notes la nuit repartent en voyage
Elles feront danser les dames sur la plage
Pour retrouver parfois des rêves égarés.

Dans l’ombre chaque soir, par une mandoline
Résonne la rengaine elle chante en sourdine
Le chant d’un troubadour, songe des temps passés.

En revenant chez nous parfois sans allégresse
Elle ouvre à nos désirs les portes du frisson
Le souffle des plaisirs qu’on prend à l’unisson
Dans les bras langoureux de joyeuses princesses.


DE JOYEUSES PRINCESSES

Dans les bras langoureux de joyeuses princesses
Dégustant ce festin sous le drap de nos lits
En surfant quelque part sur d’autres interdits
Dans les ébats feutrés de nos folles caresses.

Fini les soirs maudits de toutes nos détresses
Où les plaisirs n’ont plus le gout des inédits
Mais ils nous reviendront en de tendres délits
Quand l’amour a tenu ses sublimes promesses.

Sous le ciel éclairé des étoiles la nuit
Le parfum du bonheur s’exhale sans un bruit
Pour bâtir l’écheveau d’un rêve qui s’installe.

Je poursuis le chemin que trace le destin
Lorsque l’amour revient de sa tendre cavale
Pour donner du soleil à mon prochain matin.


POUR DONNER DU SOLEIL

Pour donner du soleil à mon prochain matin
J’inviterai l’été pour calmer les orages
En colorant de bleu tous le gris des orages
Pour offrir aux saisons ce superbe festin.

Lorsque la nuit revient danser au crépuscule
En noircissant parfois la frêle majuscule
Dans les vers d’un rondeau perdu dans ses regrets.

Sur mon bureau de bois mon crayon s’illumine
Libérant les couplets d’une ronde coquine
Où des phrases seront couronne de sonnet.

Je range aux souvenirs les temps de l’amertume
Dans l’armoire aux secrets au fond de l’univers
En trouvant dans l’éden des paradis ouverts
Dans le monde des mots je laisse aller ma plume.


JE LAISSE ALLER MA PLUME

Dans le monde des mots je laisse aller ma plume
Pour enivrer les cœurs de rêves défendus
J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus
En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume.

Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume
Pour assouvir l’été les plaisirs assidus
Je remonte le temps de nos malentendus
Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume.

L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit
En cueillant sur un corps son formidable fruit
Pour gaver mon désir de divines caresses.

Je chante sans façon mon timide refrain
Dans les bras langoureux de joyeuses princesses
Pour donner du soleil à mon prochain matin.

jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
stellamaris
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 15656
Age : 55
Date d'inscription : 22/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Sam 17 Sep - 8:22

Une oeuvre magnifique, Jean-Claude, la variété des rimes la rend très agréable à lire !

Quelques remarques toutefois :

Dans "Pour enivrer les coeurs", "Parmi les courants d’air d’un vent qui réclame" = 11
Dans "Tous ces bonheurs perdus", "sans des sous-entendus" me choque. "Loin des sous-entendus" ?. Les rimes en "i" sont pauvres.
Dans "Je pousse le rideau", pas d'alternance des rimes entre les deux quatrains ; les rimes en "an" et "us" sont pauvres
Dans "Les plaisirs assidus", "Qui laisse" au singulier. Répétition du verbe "laisser"
Dans "De divines caresses", 2ème refrain : "quelque", sans s
Dans "De joyeuses princesses", vers 8, problème de concordance des temps avec le vers précédent ; Tu pourrais enlever le "Quand" et écrire "L'amour aura tenu". Ou sinon (autre sens) : "Car l'amour a tenu". Les rimes en "i" des quatrains sont faibles
Dans "Pour donner du soleil", "regrets/sonnet" ne riment pas


Toute mon amitié.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.stellamarispoemes.com
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Sam 17 Sep - 11:45

merci stell pour le passage et le temps passe a reparé mes bevues
j'ai corrige certaines sauf l'alternance des rimes dans "je pousse le rideau" comme c'est un sonnet irregulier il le sera vraiment car je ne peux pas trop faire autrement
avec mes amities
jean claude
Revenir en haut Aller en bas
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Sam 17 Sep - 11:45

Couronne de sonnet n°3


JE LAISSE ALLER MA PLUME

1 : dans le monde des mots
2 : pour enivrer les cœurs
3 : tous ces bonheurs perdus
4 : sur le fer de l’enclume
5 : je pousse le rideau
6 : les plaisirs assidus
7 : des malentendus
8 : un amour qui s’allume
9 :l’aubade d’un printemps
10 : son formidable fruit
11 : de divines caresses
12 : Mon timide refrain
13 : de joyeuses princesses
14 : pour donner du soleil
15 : je laisse aller ma plume













DANS LE MONDE DES MOTS

Dans le monde des mots je laisse aller ma plume
Pour raconter le feu qui parfois me consume
Sur le parcours feutré des rimes d’un sonnet.

Quand l’encre de velours s’étale sur la page.

Je dépose mes vers dans l’onde du regret
En voyant revenir la peur et l’amertume
Quand mon regard le soir sur la plage s’embrume
Emportant par le vent le souffle du secret

Quand l’encre de velours s’épanche sur la page.

Sur le papier noirci, le vieux crayon voyage
Ecrivant des refrains souvent inattendus
Au gré d’une chanson que l’on offre en partage
Qui viendra nous griser par sa course sauvage
Pour enivrer les cœurs des rêves défendus.


POUR ENIVRER LES CŒURS

Pour enivrer les cœurs de rêves défendus
Je pourrais chahuter tous vos appas de femme
Lorsque minuit revient pour chavirer votre âme
Dans l’enfer rougissant des songes ambigus.

Je laisse à mon esprit ce combat dérisoire
Qui ne dit pas son nom tant il est illusoire
En trouvant du plaisir sous le satin des draps.

Je profite gourmand de ces instants magiques
Que m’offrent les amours dans ce monde ici bas
Pour gouter la douceur de rondeurs magnifiques.

Je place sans soucis loin des malentendus
Parmi les courants d’air d’un vent frais qui réclame
Son comptant de désir. Pour évincer le drame
J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus.

TOUS CES BONHEURS PERDUS

J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus
Laissant aux souvenirs un coin dans ma mémoire
Pour écrire à nouveau loin des sous entendus.

Je bâtis doucement une nouvelle histoire
En mettant des couplets au bout de mon refrain
Pour chanter mon amour dans le petit matin.

Comme un prince d’hier sans répit je m’assume
Délaissant les malheurs aux placards de l’ennui
Je fais pour ma princesse un tout petit abri
Où l’odeur du désir sans regret nous parfume.

Lorsque le vent d’été viendra chasser la brume
Pour éclairer le temps des lueurs d’infini
Je forgerai des mots sur un vieil établi
En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume.


SUR LE FER DE L’ENCLUME

En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume
Je donne à mes rondeaux de sublimes refrains
En laissant mes crayons à ses tendres desseins
Pour suivre le chemin qu’écrit mon porte plume.

La chanson s’en ira remonter le volume
Sur les notes d’un soir venant des clavecins
De ce Mozart d’un jour sous quelques baldaquins
Où le chanteur parfois dans le noir s’accoutume.

Je surfe sur des mots filant en continu
Sur le papier jauni d’un songe reconnu
Qu’emportera la mer sur son reflet d’écume.

La rime existera sur des vers inédits
Pour aller conquérir ces rêves interdits
Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume.

JE POUSSE LE RIDEAU

Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume
Pour colorer de bleu ce rêve d’avenir
Estompant pour longtemps le gris de l’amertume.

Je dessine le temps du songe en devenir
En mettant quelques mots sous un trait de rature
Je laisse pour demain mon besoin d’aventure.

Comme un bateau je vogue au gré de l’océan
Dans ce grand livre ouvert que donne l’existence
En allumant le noir rempli par le silence
Par les quelques clartés du fond du firmament

Je poursuis mon parcours sur des sentiers battus
Pour accrocher l’amour au bout de vos dentelles
Du rempart de vos corps mes tendres demoiselles
Pour assouvir l’été les plaisirs assidus.


LES PLAISIRS ASSIDUS

Pour assouvir l’été les plaisirs assidus
Je cherche le chemin de la blanche dentelle
Pour venir découvrir chez ma douce infidèle
Tout au fond de son lit ses charmes éperdus.

Au grand bal de l’amour nous sommes descendus
Quand le désir coquin par nos pores ruisselle
Il brille par instant la petite étincelle
Qui remet dans nos cœurs des rêves ingénus.

Dans l’ombre de la nuit, un élan de tendresse
Laissera mes dix doigts oser une caresse
Dans la douceur des draps sur nos corps étendus.

Dans le petit matin quand le brouillard s’efface
Assis dans le boudoir tout seul devant ma glace
Je remonte le temps de nos malentendus.

DES MALENTENDUS


Je remonte le temps de nos malentendus
Pour éteindre les feux d’un mauve crépuscule
Où l’horizon s’en va comme un vieux funambule
Danser sur un nuage et ses longs fils tendus.

Vagabond d’un plaisir qui part en promenade
Sur des chemins déserts plongés dans la panade
En gardant mes espoirs pour mes prochains matins.

En notant quelques mots de ma belle écriture
Je laisse au jour nouveau le gout à l’aventure
Pour changer les couleurs de ce monde incertain.

Oubliant sans regret ces parfums d’amertume
Je poursuis le désir jusqu’au bout de la nuit
Où j’espère trouver ce regard qui séduit
Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume.


UN AMOUR QUI S’ALLUME

Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume
Je laisse le désir guider mon porte plume
Sur les chemins lignés de la page bonheur

Donnant à la tendresse, un billet un voyage.

Paragraphes feutrés d’un monde de douceur
Qui s’écrivent le soir en prenant du volume
Pour offrir sans regret dans les diners du cœur
Le nectar d’un plaisir sucré sans amertume.

La tendresse est souvent le début d’un voyage.

En allant rechercher au fond de son corsage
La saveur d’un amour qui s’égoutte sans bruit
Mes doigts pourront toujours accoster sur sa plage
Où va se fredonner sous le vert de l’ombrage
L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit.


L’AUBADE D’UN PRINTEMPS

L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit
La musique du vent la fredonne en sourdine
Et son refrain joyeux est comme une routine
Qui viendra bousculer les remparts de l’ennui.

Lorsque le noir revient c’est le jour qui s’enfuit
Laissant sur l’horizon une couleur sanguine
Pour donner aux amants une humeur libertine
Quand sonnent au clocher douze coups de minuit.

Le mélange des peaux dans une sérénade
Offrira pour l’amour une folle ballade
Sur l’air d’une chanson qui toujours nous séduit.

Sur des chemins frileux, l’onde de la caresse
Me permet de gouter ce regain de tendresse
En cueillant sur un corps son formidable fruit.


SON FORMIDABLE FRUIT

En cueillant sur un corps son formidable fruit
Le festin de l’amour s’invitait à ma table
Allumant ses lueurs pour briller dans la nuit.

Cet instant magnifique a tout du formidable
Quand mes doigts égarés vont sillonner la peau
De la belle endormie auprès de son trousseau.

En laissant de côté mes pleurs et mes détresses
Je poursuis mon chemin mes rêves d’amoureux
En goutant sans façon les appas merveilleux
De la brune qui vient réveiller mes promesses.

Je nage à m’y noyer dans de folles paresses
Sur le flot d’un regard et c’est miraculeux
De rêver dans les bras d’une fille aux beaux yeux
Pour gaver mon désir de divines caresses.

DE DIVINES CARESSES

Pour gaver mon désir de divines caresses
Les baisers échangés par nos douces promesses
Viendront nous abreuver du nectar du bonheur

Nous promettant ainsi chaque soir un voyage.

En savourant enfin ces instants de douceur
Qui mettront des couleurs à toutes nos promesses
Je laisse aller la nuit dans toute sa lenteur
Pour dépenser ici mon trop plein de tendresse

En offrant quelque part un étrange voyage.

Je poursuis mon chemin et ma course sauvage
Qui m’emmène toujours vers un autre matin
Lorsque le vent d’hiver nous invite au naufrage
Pour calmer mes effrois sous le feu de l’orage
Je chante sans façon mon timide refrain.

MON TIMIDE REFRAIN

Je chante sans façon mon timide refrain
Laissant se promener mes mots sur la lagune
J’envoyais ma chanson par le vent sur la dune
Lorsque le noir guettait le retour du matin.

Quelques notes la nuit repartent en voyage
Elles feront danser les dames sur la plage
Pour retrouver parfois des rêves égarés.

Dans l’ombre chaque soir, par une mandoline
Résonne la rengaine elle chante en sourdine
Le chant d’un troubadour, songe des temps passés.

En revenant chez nous parfois sans allégresse
Elle ouvre à nos désirs les portes du frisson
Le souffle des plaisirs qu’on prend à l’unisson
Dans les bras langoureux de joyeuses princesses.


DE JOYEUSES PRINCESSES

Dans les bras langoureux de joyeuses princesses
Dégustant ce festin sous le drap de nos lits
En surfant quelque part sur d’autres interdits
Dans les ébats feutrés de nos folles caresses.

Fini les soirs maudits de toutes nos détresses
Où les plaisirs n’ont plus le gout des inédits
Mais ils nous reviendront en de tendres délits
Car l’amour a tenu ses sublimes promesses.

Sous le ciel éclairé des étoiles la nuit
Le parfum du bonheur s’exhale sans un bruit
Pour bâtir l’écheveau d’un rêve qui s’installe.

Je poursuis le chemin que trace le destin
Lorsque l’amour revient de sa tendre cavale
Pour donner du soleil à mon prochain matin.


POUR DONNER DU SOLEIL

Pour donner du soleil à mon prochain matin
J’inviterai l’été pour calmer les orages
En colorant de bleu tous le gris des orages
Pour offrir aux saisons ce superbe festin.

Lorsque la nuit revient danser au crépuscule
En noircissant parfois la frêle majuscule
Dans les vers d’un rondeau perdu dans ses regrets.

Sur mon bureau de bois mon crayon s’illumine
Libérant les couplets d’une ronde coquine
Où des phrases seront parade de secrets.

Je range aux souvenirs les temps de l’amertume
Dans l’armoire aux secrets au fond de l’univers
En trouvant dans l’éden des paradis ouverts
Dans le monde des mots je laisse aller ma plume.


JE LAISSE ALLER MA PLUME

Dans le monde des mots je laisse aller ma plume
Pour enivrer les cœurs de rêves défendus
J’écarte du chemin tous ces bonheurs perdus
En ciselant mes vers sur le fer de l’enclume.

Je pousse le rideau de ces lambeaux de brume
Pour assouvir l’été les plaisirs assidus
Je remonte le temps de nos malentendus
Pour réveiller l’émoi d’un amour qui s’allume.

L’aubade d’un printemps qui file dans la nuit
En cueillant sur un corps son formidable fruit
Pour gaver mon désir de divines caresses.

Je chante sans façon mon timide refrain
Dans les bras langoureux de joyeuses princesses
Pour donner du soleil à mon prochain matin.

jc blondel
Revenir en haut Aller en bas
Vénusia
Apécienne
Apécienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 2977
Age : 64
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Dim 18 Sep - 12:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] mais j'avoue être un peu perdue, pour moi, une couronne de sonnets doit être de même nature d'un bout à l'autre :oops: régulier ou pas ,
mais j'admire le travail accompli et les sonnets sont jolis.

(je sais suis une enquiquineuse ;) mes excuses)

amitié :sunny:
Revenir en haut Aller en bas
http://au-pres-d-aphrodithe.eklablog.com
Marleen

avatar

Féminin Nombre de messages : 1078
Age : 53
Date d'inscription : 16/05/2011

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Dim 18 Sep - 12:40

:sunny: :flower: Bravo JC :flower: :sunny:

C'est très impressionnant ta puissance d'écriture, quinze poèmes d'affilée, chapeau ! De plus, tes sonnets sont tous magnifiques.


:flower: :lol: :o0: :lol: :flower:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.megg.fr
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Dim 18 Sep - 12:46

merci Marleen
non Venusia tu n'es pas une enquiquineuse mais cette couronne je voulais la faire avec différentes formes de sonnets c'est pour cela que je l'ai appeler " couronne de sonnets mélangés" mais ca reste des sonnets quand meme
amities a vous deux
jean claude
Revenir en haut Aller en bas
Flormed
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9744
Age : 70
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Lun 19 Sep - 7:39

Bonjour JC

Du sonnet irrationnel au sonnet régulier de forme française en passant par presque tous les autres genres, c'est un beau mélange... Merci pour le partage de cette "couronne".

Amitiés


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://flormed.e-monsite.com
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Lun 19 Sep - 11:43

merci flormed
Revenir en haut Aller en bas
Maria-Dolores
modérateur
modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 10871
Age : 53
Date d'inscription : 23/04/2010

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Mar 4 Oct - 9:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Superbe Jean-Claude à lire cette couronne un bijoux bises l'ami.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Blog personnel ; [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://marido.blog4ever.com
jc-blondel
Apécien
Apécien
avatar

Masculin Nombre de messages : 1614
Age : 62
Date d'inscription : 24/10/2008

MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   Mar 4 Oct - 10:34

merci maria
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JE LAISSE ALLER MA PLUME   

Revenir en haut Aller en bas
 
JE LAISSE ALLER MA PLUME
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JE LAISSE ALLER MA PLUME
» Tu t’laisse aller
» Tu t'laisse aller...
» INTOX : Vanessa Paradis en duo avec Matthieu Chédid
» Aller je vous laisse deviner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POESIS :: Ruche des Couronnes :: Couronnes de sonnets irréguliers-
Sauter vers: